Baba Yaga est partie pour les USA en tant que symbole de la Russie

14.12.2017

Récemment s’est déroulé un événement prestigieux qui a lieu tous les ans : la MiamiArtWeek. De différents pays ont été envoyés pour l’occasion des statues, des représentations de différents personnages en pierre, en bois et autres matériaux. C’est la vraie Baba Yaga qui a été envoyée pour représenter la Russie. La réponse russe aux super-héros américains.

Ce sont les fondatrices de la galerie Boogie, Natalia Sudova et Alexandra Shatokhina, qui ont eu cette idée pour attirer l’attention du public blasé des festivals. Et la galerie Boogie a réalisé le projet aux USA dans le cadre de Miami Art Week. Pour incarner leur idée elles ont fait confiance à une jeune artiste, Irina Lagoshina.

La première statue en bronze de Baba Yaga a été installée au centre d’Ekaterinbourg pendant l’été 2017. Et à présent, une création similaire se trouve à Miami.


«Dans mon projet Super-héros, présenté à Miami Art Week au pavillon Spectrum, j’ai essayé de déconstruire les stéréotypes sur la Russie, raconte Irina. Baba Yaga est un puissant archétype de la mythologie, qui a influencé la formation de la mentalité du peuple russe. Malgré son aspect particulier, c’est un héros très puissant, sage et juste. À travers cette figure, j’ai voulu parler de nos traditions et de notre histoire. La mission du projet est plutôt éducative car l’art propose une vision nouvelle de la vie dans toutes ses manifestations, ouvre les frontières de la perception et stimule la conscience de soi.

Dans ce projet il y a en contrepoint un message politique : la figure de la Russie apparaît sous un jour tout aussi effrayant et agressif que Baba Yaga. Cependant derrière cette apparence se cache la sagesse, l’histoire ancienne et aussi des traits positifs du caractère russe, comme la force intérieure, l’endurance et l’aspiration à la justice.

Baba Yaga incarne « l’esprit du peuple ». Car en réalité ce n’est pas du tout une vieille femme méchante, comme les enfants ont coutume de le croire, mais une divinité positive du panthéon slave, protectrice des orphelins, gardienne ancestrale de la race et de ses traditions, instructrice des enfants, gardienne des savoirs secrets.


Le conte a pris vie sous les yeux des visiteurs : la vraie Baba Yaga russe, celle-là même qui roulait en tonneau à roulettes dans les villes de son pays et a fait 80 millions de vues sur internet, est arrivée à l’exposition pour contrôler l’installation de la sculpture et participer personnellement à sa présentation. La prestation a rassemblé autour du personnage de contes de fées une foule de curieux, pressés de faire une photo ou une vidéo souvenir.

Il y a eu un moment touchant lorsqu’une américaine s’est même levée de son fauteuil roulant pour se faire photographier avec Baba Yaga.

Mais les surprises ne se sont pas arrêtées là. Tous les visiteurs de l’exposition ont pu recevoir en cadeau de Baba Yaga d’élégants teeshirts de couturiers. Parmi les Américains « russes » le design le plus apprécié a été « Batman est nul ». Chez les Américains, « I eatbatsforbreakfast » (Je mange des chauve-souris au p’tit déj).

Après l’exposition, l’héroïne est retournée dans sa patrie, la Russie, et son sosie muet est resté à Miami. La sculpture de Baba Yaga est installée dans un restaurant bien connu, le « LIQUE Miami », où elle amuse les touristes et les citadins.

Source: newizv.ru